Qu’est-ce-que la philanthropie environnementale ?

 

La philanthropie environnementale désigne le fait de soutenir des causes d’intérêt général liées à la protection de l’environnement et à la transition écologique, devenue urgente et impérative. C’est être acteur du changement et faire levier auprès des associations et des ONG de protection de l’environnement.

Bien qu’il progresse légèrement, le mécénat environnemental reste le parent pauvre du mécénat en France. Il représente seulement 7% du mécénat global (Baromètre Admical 2020 : Le mécénat d’entreprise en France.)

actions-philanthropie-environnementale-compagnie-leanature

Pourquoi faire de la philanthropie environnementale ?

Pour Compagnie Léa Nature, l’économie et l’écologie ne sont pas opposables, bien au contraire. Compagnie Léa Nature reste fidèle à ses engagements environnementaux, plus que jamais d’actualité.
La crise sanitaire conforte nos positions : poursuivre notre soutien envers les associations environnementales et les aider à stabiliser leurs budgets pour pérenniser leurs actions de terrain.

Grâce à notre philanthropie environnementale, nous poursuivons des objectifs ambitieux tant par les actions déployées pour limiter notre impact environnemental que par la dynamique de soutiens aux organisations qui œuvrent en faveur de la transition écologique.

La philanthropie environnementale fait partie intégrante de la raison d’être de Compagnie Léa Nature.  

Elle rayonne sur toutes les instances du groupe, à tous les niveaux, et particulièrement à travers notre engagement RSE , l’adhésion de nos marques au collectif mondial 1% for the Planet, ainsi que par les Fondations Léa Nature / Jardin BiO et Ekibio.

one-percent-for-the-planet-philanthropie-compagnie-leanature

La philanthropie environnementale et le collectif 1% for the Planet

La philanthropie environnementale de Compagnie Léa Nature est portée et financée par l’adhésion de nos marques au collectif 1% for the Planet.
Compagnie Léa Nature est une entreprise contributrice européenne historique de ce collectif et première donatrice en France.

Dès 2007, deux premières marques bio deviennent membres du 1% for the Planet. Progressivement, les marques bio du groupe rejoignent le mouvement.

Aujourd’hui, 18 marques sont membres et reversent chaque année 1% de leur chiffre d’affaires à des associations de protection de l’environnement.
Depuis 2007, 1900 projets environnementaux ont été soutenus, soit plus de 13,5 millions d’euros alloués pour les droits de la nature.

La philanthropie environnementale : agir avec les associations pour faire émerger les priorités

Après plus de 15 ans de philanthropie environnementale, nous avons acquis une réelle maturité.

Les associations que nous soutenons nous permettent de renforcer nos connaissances sur les questions environnementales ainsi que nos compétences techniques ou juridiques par exemple.

Nous avançons ensemble et dans la durée avec les associations pour faire émerger les priorités.

agir-avec-les-associations-compagnie-leanature.jpg

Et nous avons surtout développé une forte conscience des enjeux prioritaires à soutenir (agriculture écologique et solidaire, biodiversité, santé – environnement, climat, forêt et transition écologique) et notamment les grands enjeux de la transition écologique.

Il est également important pour Compagnie Léa Nature de soutenir des organismes engagés et militants qui agissent dans un souci d’intérêt général. Nous soutenons des associations telles que Surfrider, Canopée, Impact 2020, Les Amis de la Terre, Alternatiba… C’est une contribution engageante, car nous souhaitons être partie prenante du changement.

L’écosystème associatif évolue et tous les acteurs de la transition travaillent main dans la main : associations et ONG de l’Economie Sociale et Solidaire, médias indépendants collaboratifs et citoyens, fondations et entreprises philanthropes, notamment les membres du 1% for the Planet.

Marina Poiroux, Directrice Philanthropie Environnementale chez Compagnie Léa Nature

« Pour les 5 prochaines années, nous restons sur les mêmes combats, la tâche reste ambitieuse ! La lutte contre la déforestation importée, liée aux ravages de l’huile de palme par exemple, car au-delà de planter des arbres, il est important de préserver l’existant et les forêts primaires. Des nouveaux modes de consommation risquent demain de contribuer à la déforestation si on n’y veille pas.
Autres sujets majeurs : l’accaparement des terres, la résilience alimentaire et la territorialité, produire localement le plus possible pour que chaque territoire puisse se nourrir.
La Planète a besoin de tout le monde, et chacun peut devenir acteur de cette transition écologique pour aller vers un respect de cette terre qui fait vivre. »